Tout ce qu’il faut savoir sur le métier d’archiviste

Il est souvent dit que les paroles s’envolent, mais l’écrit reste. Une citation pour nous rappeler l’importance de garder une trace écrite des événements du présent pour la postérité. Combien d’écrits importants concernant divers moments du passé ont-ils disparues sans laisser de traces pour les générations futures ? Un gâchis que la société a décidé de corriger en mettant en place le travail d’archiviste : un métier qui attire de plus en plus de personnes.

Qu’est-ce qu’un archiviste ?

Un archiviste est une personne dont le rôle est d’assurer la conservation des documents à caractère légal, ou historique.

Généralement, il est à la fois un conservateur, un responsable des archives, un gardien de la mémoire, un médiateur, mais également un gestionnaire.

Le métier a bien évolué depuis l’avènement de l’ère technologique. Un archiviste peut désormais avoir recours aux nouvelles technologies pour effectuer son travail.

Les documents dont s’occupe un archiviste sont :

  • des textes ;
  • des dessins ;
  • des photographies ;
  • des enregistrements audio et/ou vidéo de valeur culturelle, historique, artistique et même administrative.

En résumé, un archiviste est la mémoire d’une entreprise, d’un organisme, mais aussi d’un pays tout entier.

Quelles sont les notions à connaître sur le métier ?

Majoritairement, les archivistes travaillent pour des organismes privés et/ou publics.

En revanche, les archivistes historiques ne s’occupent que des documents à caractère historique comme des discours, des textes anciens, etc.

Il faut bien différencier le travail d’un archiviste et d’un documentaliste.

Le profil professionnel pour ce travail nécessite :

  • Des diplômes de niveau bac+2 pour ceux souhaitant exercer dans le privé et un bac+5 pour devenir conservateur ;
  • Une personne ayant une bonne mémoire ainsi que des solides connaissances sur diverses thématiques ;
  • Une aisance en informatique ;
  • Un bon relationnel.

C’est un métier valorisant et dédié aux personnes ayant un sens de l’organisation élevé.

Un archiviste travaille à temps plein et est rémunéré de 1 467 à 2 000 € en fonction publique. Le secteur privé, par contre, rapporte bien plus selon la taille de l’entreprise à intégrer.

Si une formation en archiviste pour maîtriser les fondamentaux du métier vous intéresse, n’hésitez pas à prendre contact avec ARCHIVO

Existe-t-il des spécialisations dans le métier d’archiviste ?

Il existe bel et bien des spécialisations dans le métier d’archiviste dont :

Les archivistes médicaux :

C’est la personne qui gère les informations contenues dans divers dossiers du domaine médical. Elle gère l’accès aux informations des patients conformément au cadre juridique en vigueur. Principalement, un archiviste médical classe, range et répertorie les documents médicaux afin de pouvoir répondre aux demandes de renseignements.

Les archivistes historiques :

Comme énoncé précédemment, ce type d’archiviste dresse le répertoire des documents d’intérêt historique et les classifies selon les besoins. Il existe également des cadres réglementaires à suivre afin de faciliter les recherches et l’accès aux informations.

Les archivistes administratifs :

Ce sont les personnes responsables de collecter et de réunir l’ensemble des documents relatant l’histoire d’une société, d’un organisme, ou encore d’une entité.
Il est à noter que le salaire perçu par un archiviste est doublé s’il détient une spécialisation.

Quelles sont les évolutions de carrière d’un archiviste ?

Une multitude de choix s’offre à une personne œuvrant dans le domaine des archives. L’une d’entre elles est la combinaison du métier de documentaliste avec celui d’archiviste. Le nom du poste est : documentaliste archiviste.

Les missions seront les mêmes que pour les archivistes avec la responsabilité de la maîtrise du cycle de vie des documents et des processus documentaires en plus. Il sera donc question d’être en charge des archives d’une entreprise de A à Z.

Il est également possible pour un archiviste de mettre en place son propre organisme d’archive. Une perspective qui est choisie par un bon nombre d’officiants.

Laisser un commentaire